Illustration : Jean-Paul Van der Elst

Le docteur Jean-Jacques Charbonier se pourvoit en cassation

Condamné en première instance à six mois de prison avec sursis et un an d’interdiction d’exercer la médecine pour des « blessures involontaires » infligées à un patient, le docteur Jean-Jacques Charbonier vient de voir sa peine alourdie en appel, l’interdiction étant portée à trois ans. En 2019, Mediacités avait révélé le cauchemar vécu par la victime, François Cuello.

Mais l’affaire n’est pas finie. L’anesthésiste toulousain se pourvoit en cassation. Selon nos sources, le sexagénaire qui continue de vendre des séances d’hypnose au cours desquelles il prétend favoriser le contact avec les défunts, change d’avocat et confie sa défense à Maître Franck Malet. « Si cela ne suffit pas, nous irons à la Cour européenne des droits de l’Homme pour que les décisions soient justes et équitables en fait et en droit, prévient-il sur sa page Facebook. Je ne baisserai pas les bras ! ». Et de prophétiser : « Un jour la VRAIE justice se fera ; j’ai confiance. Je parle de la justice des Hommes bien sûr. »

https://www.mediacites.fr/complement-denquete/toulouse/2019/09/03/le-controverse-dr-charbonier-accuse-de-negligence-medicale . . .

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !


Philippe Kallenbrunn
Journaliste de sport, avec un penchant prononcé pour le rugby, j'ai travaillé au sein des rédactions de Midi Libre, France Soir et Midi Olympique. Je collabore essentiellement aujourd'hui au Journal du Dimanche et au Figaro. J'ai récemment publié deux livres d'enquête : "Les années Saint-André, autopsie d'un fiasco" (Solar, mars 2016) et "Peur sur le rugby" (Marabout, septembre 2017).

Précédemment dans l'Oeil

Les dix plus gros salaires de Toulouse Métropole en hausse de 6 %

Ces rémunérations ont augmenté de près de 500 euros brut par mois entre 2020 et 2021.

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.