Un avion Airbus A380 / © Dmitry A Mottl / Wikimedia Commons

Sommet de l’aviation : la « déclaration de Toulouse » épinglée pour son « indigence »

Tout ça pour ça ? Le sommet de l'aviation qui s'achève ce vendredi à Toulouse était annoncé par le cabinet du ministre Jean-Baptiste Djebbari comme un moment d' « apogée » de l'action gouvernementale menée ces deux dernières années dans le secteur de l'aéronautique.

Il a débuté jeudi par une visite d'une ligne d'assemblage d'Airbus et s'est poursuivi ce vendredi matin par des échanges entre politiques, institutionnels européens et représentants du secteur. Sous la coupe de la présidence française de l'Union européenne, ce sommet auquel les acteurs de la société civile n'avaient pas été conviés a permis au gouvernement français de se placer en « leader de la décarbonation » du secteur. Et une ronflante « Déclaration de Toulouse sur le développement durable et la décarbonation de l'avion », préparée en amont, a été divulguée ce jour.

Le bref texte est un festival de généralités convenues. Les « parties prenantes de l'aviation publique et privée » déclinent leurs annonces en sept points. Point 1 : « assurer une connectivité durable et inclusive sur les plans environnemental, social et économique en Europe et dans le monde » ; Point 7 : Inviter « les autres pays et organisations internationales à se joindre à cette déclaration, à s'engager dans le développement de feuilles de route sectorielles et à travailler ensemble à la durabilité et à la décarbonation de l'aviation dans le monde ».

Entre les deux, la « dimension sociale » de la transition est relevée . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.

Le retour de Sandrine Mörch au journalisme fait des vagues à France Télévisions

Une phrase malheureuse de l'ex-députée de Haute-Garonne a provoqué l'ire du syndicat national des journalistes de la chaine publique que compte réintégrer Sandrine Mörch.