Un ancien collaborateur de Jean-Luc Moudenc condamné pour injure homophobe à l’encontre d’Antoine Maurice 

Screenshot_2020-06-26 EbbMVPrX0AE5ov8 (Image JPEG, 485 × 1024 pixels) – Redimensionnée (88%)

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Armelle Parion

Plus de deux ans après la publication sur son compte Facebook d’un commentaire injurieux à l’égard de la tête de liste d’Archipel Citoyen Antoine Maurice et de son colistier François Piquemal, Laurent Conreur a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris.

C’était en pleine campagne municipale, à deux jours de l’élection du second tour. Dans la nuit du 25 au 26 juin 2020, Laurent Conreur, alors employé du groupe municipal de la majorité toulousaine, commentait sur sa page Facebook personnelle un entretien de François Piquemal dans Actu Toulouse : « à vomir aussi laid que ta tarlouze de tête de liste. Mazeltov pour les bons ».

Mis à pied à titre conservatoire dès le lendemain en vue d’une procédure de licenciement, selon le groupe Toulouse Ensemble et le porte-parole d’Aimer Toulouse Pierre Esplugas, Laurent Coureur a été condamné le 16 novembre par le tribunal correctionnel de Paris à 500 euros d’amende, une peine assortie d’un sursis. Sur l’action civile, l’ex-collaborateur de Jean-Luc Moudenc est condamné à verser à Antoine Maurice 800 euros au titre du préjudice moral et 1 200 euros pour ses frais d’avocat.

https://www.mediacites.fr/breve/toulouse/2020/06/26/toulouse-un-employe-du-groupe-municipal-majoritaire-mis-a-pied-apres-des-propos-homophobes/
Un délit d'injure publique, réprimé par la loi de 1881
Visée par l’injure homophobe, la tête de liste d’Archipel Citoyen avait porté plainte pour injures publiques en raison de l’orientation sexuelle. François Piquemal, qui avait le même jour reçu des messages privés « véhéments et virulents » de la part de Laurent Conreur, avait quant à lui déposé une simple main courante. Son avocate avait jugé que seul le propos homophobe avait des chances d’être caractérisé d’injure.

Le tribunal correctionnel a . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment