Sous-location de terres agricoles de la MEL: un détournement d’argent public ?

On savait que des agriculteurs belges exploitaient des terrains dans le Nord en les sous-louant illégalement à des fermiers français. Mais pas forcément que la Métropole européenne de Lille faisait partie des propriétaires concernés. De quoi alourdir un peu plus un dossier très polémique.

sous_location_agricole
Illustration Jean-Paul Van der Elst

«La sous-location de terres agricoles à des étrangers devient un gros problème dans la région. » Plutôt du genre taiseux, Gervais Hardy, agriculteur à Villeneuve d'Ascq, se lâche pourtant en fin de conversation. Pour bien comprendre cet accès de mécontentement, il faut avoir en tête que la plupart des cultivateurs nordistes ne sont pas propriétaires de leurs champs, mais seulement locataires de longue durée. Et que ce système présente de graves distorsions comme l’avait déjà expliqué Mediacités en décembre 2017 : des exploitants français, à l'insu de leurs propriétaires, sous-louent ce droit de cultiver à des agriculteurs belges.

Cette combine illégale, interdite par le code rural, est très tentante : un professionnel (c'est souvent le cas de personnes en fin de carrière) peut gagner autant d'argent - voire plus - que lorsqu'il travaillait lui-même le sol sans lever le petit doigt... On parle de montants annuels dépassant le millier d'euros à l'hectare, réglés en liquide, de la main à la main... Et de primes européennes qui continuent à tomber dans l'escarcelle de ceux qui se tournent les pouces.

https://www.mediacites.fr/lille/enquete-lille/2017/12/22/ces-agriculteurs-belges-qui-sement-linquietude-dans-le-nord/

Jean-Luc Cousin, fermier à Baisieux, est un repenti de la pratique. « J'ai sous-loué des champs à des Belges qui voulaient cultiver des pommes de terre, très demandées dans leur pays. Je ne le fais plus. Suite à des arrachages tardifs, ils ont complètement démoli mes sols. J'ai mis des années à r . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Bertrand Verfaillie