Même les montagnes peuvent bouger ! Après quarante ans de présence rue Gosselet à Lille, la Maison régionale de l'environnement et des solidarités (MRES) va déménager. D'ici à la fin décembre, l'institution qui regroupe une centaine d’associations membres doit s’installer au 5 rue Jules de Vicq à Fives. Elle occupera gratuitement cet immeuble communal (pour une durée de cinq ans, reconductible une fois), en colocation avec un centre de ressources pédagogiques.

La question du transfert de la MRES se pose pratiquement depuis son origine. En 1979, quand le maire Pierre Mauroy permet son ouverture aux termes d'un accord avec ses partenaires écologistes, il laisse entendre que son implantation au centre-ville, dans une ancienne faculté de géologie, est provisoire. Une vingtaine d’années plus tard, c’est l'équipe d'animation de la MRES qui réclame des locaux plus adaptés pour ses hôtes et ses 16 salariés. En vain. A partir de 2016, c'est au tour de la municipalité de ranimer le serpent de mer. Elle souhaite que sa locataire quitte fissa la rue Gosselet pour permettre l'extension du Musée d'histoire naturelle tout proche...

Longtemps envisagée, la relocalisation dans l'immeuble de l'Institut d'études politiques, à Moulins, finit par buter sur la question de la pollution du site aux huiles industrielles. S'ensuit une partie de ping-pong entre associatifs et services municipaux autour de plusieurs points de chute. Tantôt l'immeuble est trop cher à réhabiliter (l'ancienne école Saint-Exupéry à Moulins) ; tantôt il apparaît trop excentré à ses futurs locataires (l'ancien coll . . .

Il vous reste 38% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !