Conseillers du département du Nord (suite) : le président, les passerons et… la loi

En répondant avec verve et talent à notre enquête sur le nombre excessif de collaborateurs de son cabinet, Jean-René Lecerf s’est emmêlé les pinceaux. Mediacités explique pourquoi. Et persiste dans son analyse.

Jean-Rene_Lecerf
Le président du conseil départemental du Nord. Photo : Creative Commons/Max59116

«Il faut bien que Passeron picore, aurait soupiré le Général de Gaulle à une époque où la presse à scandales sévissait pourtant beaucoup moins qu’aujourd’hui ». Ainsi commence le communiqué de presse que le président du conseil départemental du Nord Jean-René Lecerf a envoyé, le 10 janvier dernier, à la suite de la publication de notre enquête intitulée: « Département du Nord : l’armée illégale des conseillers du Président LECERF ». Visiblement piqué au vif, l’élu s’emploie à démontrer l’inanité de nos informations, nous comparant donc à des passereaux - autrement dit des moineaux -, avant de nous qualifier « d’aspirants à la carrière de Fouquier-Tinville », le grand ordonnateur des exécutions sous la Révolution Française… Mais ce faisant, il rate sa cible. Et nous fournit même quelques arguments supplémentaires.  

Que dit en résumé le président Lecerf ? Il nous confirme tout d’abord que « les soi-disant collaborateurs en surnombre sont tous des collaborateurs de vice-présidents ou de conseillers délégués » ; il ajoute qu’ils ne bénéficient pas de contrats de collaborateurs de cabinet mais de contrats de fonctionnaires territoriaux « déconnectés de la période . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Pierre Januel et Jacques Trentesaux