C’est une demi-victoire pour Sandrine Rousseau. Comme elle l’a raconté à Mediacités en avril dernier, l’ancienne élue EELV attaquait l’Etat en justice, lui reprochant son manque d’efficacité dans la lutte contre la pollution de l’air. Le tribunal administratif de Lille a rendu sa décision le 9 janvier 2020.

Dans ce jugement, les magistrats estiment ne pas avoir suffisamment d’éléments pour établir un lien de causalité entre les problèmes respiratoires de Sandrine Rousseau – une sinusite chronique - et la politique de l’Etat en matière de pollution atmosphérique dans l’agglomération lilloise.

Pour autant, ils ne dédouanent pas entièrement les pouvoirs publics. Selon eux, l’Etat « a commis une faute de nature à engager sa responsabilité » en n’ayant pas cherché à réduire le dépassement des valeurs limites de particules fines (PM10) et de dioxyde d’azote.

« J’espère que cette décision permettra de passer un cap dans la lutte contre la pollution de l’air et dans la protection de la santé des citoyens et citoyennes, car c’était là son unique objet », commente Sandrine Rousseau.

Avatar de Sylvain Marcelli
Titulaire de la carte de presse depuis 1999, après un passage à l’école de journalisme de Lille, j’ai écrit pour le magazine Pays du Nord, les suppléments de La Voix du Nord et le groupe L’Etudiant. Journaliste pour l’agence de presse AEF depuis 2003, je couvre l’actualité de l’éducation, de la formation et de l’emploi dans les Hauts-de-France. Je réalise régulièrement des enquêtes pour Mediacités Lille.