La boîte de Pandore s'est ouverte. Depuis la publication de notre article sur l’autoritarisme d’une inspectrice dans la circonscription de Lille-Lambersart, Mediacités a reçu d’autres témoignages d’enseignants confirmant le risque d’une souffrance psychologique.

https://www.mediacites.fr/enquete/lille/2020/12/11/a-lambersart-des-instits-en-souffrance-face-au-harcelement-de-leur-inspectrice/

Trois d’entre-eux concernent la circonscription de Valenciennes / Saint-Amand-les-Eaux où la fonctionnaire était en poste il y a 10 ans. Deux de ces témoins, toujours dans l’Education nationale, ont finalement renoncé à apparaître dans cet article, de peur d’être sanctionnés par l’institution. Mais Pascaline Letellier, elle, y tient. Il faut dire qu’elle est désormais à la retraite.

En 2009, elle est directrice de l'école Jeanne Linglin à Hasnon. Son établissement est rattaché à la circonscription Valenciennes / Saint-Amand-les-Eaux, celle que supervise à l'époque l'inspectrice mise en cause aujourd'hui. « Nous étions plutôt courtoise l'une envers l'autre au début, indique-t-elle à Mediacités. Enfin, pas de problème particulier. Puis notre relation s'est détériorée progressivement parce que je me suis plusieurs fois opposée à elle. J'ai un côté grande gueule qu'elle n'arrivait pas à discipliner et ça la déstabilisait. À partir de là, elle a cherché à me neutraliser. »

A la veille de la rentrée 2009-2010, en septembre, Pascaline Letellier sombre dans une dépression nerveuse. Elle décide de se mettre en . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !