Souffrance au travail : le chef des pompiers du Nord reste droit dans ses bottes

L'article de Mediacités sur le mal-être des agents du service départemental d'incendie et de secours du Nord a suscité beaucoup de nouveaux témoignages. Il a incité le contrôleur général du SDIS 59, Gilles Grégoire, à nous recevoir longuement. S'il concède que « tout n'est pas merveilleux », il doute que la souffrance de ses troupes soit toujours « liée au service ».

Gregoire
Gilles Grégoire, le contrôleur-général du SDIS du Nord. Caputre d’écran Facebook Sdis 59

Depuis la publication de notre enquête « Souffrance au travail : les pompiers du Nord en alerte rouge », Gilles Grégoire, le contrôleur-général du SDIS du Nord a accepté de nous rencontrer et de répondre à nos questions, en présence de trois membres de son équipe de communication et de son service juridique.

Premier point abordé, le nouvel organigramme, objet de nombreuses critiques lors de notre enquête. « Lors de ma prise de fonction en 2015, un rapport du Conseil général pointait le manque de visibilité de l’organigramme en place et notamment une multitude de niveaux hiérarchiques intermédiaires, explique le patron des pompiers du Nord. Une réorganisation était donc nécessaire même si elle ne plaît pas à tout le monde. On se doit d’appliquer les consignes de la fonction publique. » Et de se féliciter d’avoir répondu aux exigences du président du conseil d’administration de l’époque Joël Willmotte : « Il nous avait spécifié que cette nouvelle organisation ne devait pas s’accompagner de perte de salaires ou de suppression de postes, c’est chose faite. »

https://www.mediacites.fr/enquete/lille/2021/04/16/souffrance-au-travail-les-pompiers-du-nord-en-alerte-rouge/
« Le mal-être n'est-il lié qu'au service ? Est-il réel ?»
Il reconnaît néanmoins que des ajustements sont à faire. « La mise en place est longue et il y a des choses qu’on doit rattraper. » Il se veut rassurant quant aux pertes de fonction d’encadrement : « Oui, j’estime qu’on est titulaire . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Nadia Daki