Bouch, l'ex-président du Chosen Few MC, club de moto bien connu de la métropole lilloise, n’est pas près d'oublier le 14 juin 2015. Ce jour-là, de nombreux gendarmes cagoulés entrent chez lui, les armes en avant. Vingt-quatre membres de l’association qu’il préside, considérée comme un groupe de moto criminalisé (GMC) par les autorités, sont interpellés.

La pêche est fructueuse. Miraculeuse même. Au cours de cette journée épique, les gendarmes saisissent vingt-sept armes de poing, des milliers de munitions, plusieurs kilos de stupéfiants, 48 000 euros en liquide ainsi que des reliques nazies. Toutes propriétés des motards lillois. Le Chosen Few MC (CFMC) « est une organisation très structurée qui fonctionne par l’intimidation et la terreur », fanfaronne l’ancien procureur de Lille, le très rigide Frédéric Fèvre, sur les antennes locales. Les policiers pensent alors être en mesure de prouver que les motards trempent dans un tas de coups louches. Au choix : trafics de stupéfiants, d’armes, racket ou extorsion.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Tomas Statius
Je suis journaliste d'investigation. Mes sujets de prédilection : l'immigration, l'extrême-droite, la surveillance. J'ai publié un livre en janvier 2021 sur l'affaire des noyés de la Deûle, Les Morts de la Deûle (JC Lattès).
Ces derniers temps, j'ai beaucoup travaillé pour des médias à but non-lucratif, comme Disclose ou Lighthouse Reports (avec lequel je travaille toujours) sur des projets d'enquête collaboratifs. Le reste du temps j'écris pour Mediapart, Libération et... Mediacités. Et je suis né à Roubaix.