Bizutage : la fac de Lille se mure dans le silence

L’université lilloise assure lutter contre l’alcoolisation à outrance de ses étudiants lors des soirées dites « d'intégration », tout en tournant résolument le dos à des mesures plus radicales réclamées par la famille de Simon Guermonprez, un étudiant en médecine mort en 2021.

2022-09-bizutage-fac-medecine-Lille
Avec plus de 12 000 inscrits, la fac de médecine Henri-Warembourg, à Lille, se présente comme le plus grand centre de formation médicale de France. Officiellement, ici comme ailleurs, le bizutage n’a plus droit de cité. Photo : Titouan Filoche

Des étudiants incités à boire de l'alcool dans des seringues ; d’autres en sous-vêtements, les mains liées ; des insultes sexistes comme s’il en pleuvait. Une semaine après la parution de notre enquête sur le bizutage toujours bien vivant à la faculté de médecine de Lille, la direction de l'université est revenue sur les questions soulevées par les soirées dites « d'intégration » lors de sa conférence de rentrée, le 14 septembre.

« La position de l'université est très claire : nous dénonçons ces soi-disant soirées d'intégration qui sont des soirées de transgression », a affirmé son président, Régis Bordet, interpellé sur le sujet par nos soins. Bien que l'université n'ait pas donné suite à nos demandes d'interview répétées cet été (pas plus qu'à nos questions transmises à l'issue de la conférence de presse…), le neurologue et pharmacologue élu en décembre 2021 s'est permis de juger « un peu désagréable » notre article, qui laisserait entendre que l'université « ne ferait rien » face aux dérives.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Alexia Eychenne