"Dans ce dossier, le doute est absent, le doute n’existe pas. On n’a pas de conviction, on a une certitude. » Le réquisitoire du procureur de la République était sans équivoque. Le jugement l’est aussi… Ce jeudi 9 novembre, le directeur du ballet de l’opéra de Lyon Yorgos Loukos a été condamné par le tribunal correctionnel de Lyon à six mois de prison avec sursis et 5000 euros d’amende pour discrimination et harcèlement.

L’affaire – révélée le 9 octobre dernier par Mediacités – opposait le patron du ballet à une de ses anciennes danseuses, Karline Marion. En 2014, à peine rentrée de congé maternité, celle-ci découvre que Yorgos Loukos ne renouvellera pas son contrat à la fin de la saison. Formée à Lausanne dans la compagnie de Maurice Béjart, l’artiste avait rejoint la troupe lyonnaise en 2008. Après six ans de CDD, elle s’attendait à être titularisée en CDI comme l’exige la loi.

En cause ? Sa maternité. Enregistré à son insu, le directeur du ballet reconnaît à l’époque devant Karline Marion – qui a alors 34 ans –, que sa grossesse a été un élément déterminant dans son choix. « C’est pas entre 35 et 40 [ans] que tu vas faire plus, en plus avec un enfant », se justifie-t-il, entre autres déclarations accablantes citées à l’audience.

« Ça va mal se passer Monsieur Loukos ! »

A la barre, Yorgos Loukos, colosse de 67 ans, dit ne plus se souvenir des propos qu’il a exactement tenus. Que non, il n’a aucun problème avec les femmes . . .

Il vous reste 64% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !