Faculté de médecine Lyon Sud : la doyenne tente de sauver le soldat Freyer

Selon les informations de Mediacités, la doyenne de médecine de Lyon Sud Carole Burillon a fait voter une motion de soutien au professeur Gilles Freyer, épinglé dans une de nos précédentes enquêtes pour ses dérapages devant des étudiants. Au risque d’interférer avec une enquête en cours, diligentée par la ministre de l’Enseignement supérieur.

Carole Burillon
Chef du service ophtalmologie de l’hôpital Edouard-Herriot, Carole Burillon est doyenne de la faculté de médecine Lyon Sud. Image capture d’écran LT.

«Il faut que je vous parle de cette cabale qui est actuellement contre Lyon Sud depuis un peu plus de quinze jours. » C’est par ces mots que la doyenne Carole Burillon a ouvert, le 17 juin dernier, la réunion du conseil de la faculté de médecine Lyon Sud Charles Mérieux. Dans son viseur : notre article sur les enseignements du professeur Gilles Freyer, publié le 22 mai, et ses conséquences.

Enregistrements à l’appui, nous avons révélé que ce cancérologue de renom, vice-doyen de la faculté, tenait devant les étudiants de première année de médecine des propos misogynes, brocardait la lutte contre l’homophobie ou le racisme, ou encore minimisait l’affaire du Mediator. Deux jours après notre publication, qui a suscité de nombreuses réactions dans la communauté universitaire et médicale, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a saisi l'Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). L’enquête est en cours.

C’est dans ce contexte . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Béatrice Kammerer