Pollution : la centrale à béton de Décines finalement mise à l’amende

Eau polluée déversée à même le sol, pompages illicites… Installée sur un périmètre de captage d’eau potable, l’entreprise Béton Lyonnais, dont la situation avait été révélée par Mediacités, ne s’est toujours pas mise en conformité malgré plusieurs mises en demeure. La préfecture du Rhône vient de lui infliger une amende.

IMG_0381
L’entreprise Béton Lyonnais est installée à Décines, à l’Est de l’agglomération lyonnaise. Photo : Mathieu Périsse.

Le ciment a fini par monter au nez de la préfecture du Rhône. Selon nos informations, par deux arrêtés datés du 3 février, les services de l’Etat ont ordonné à l’entreprise Béton Lyonnais, installée à Décines-Charpieu, de payer immédiatement une amende de 1500 euros, ainsi qu’une astreinte de 50 euros par jour tant qu’elle ne se sera pas mise en conformité avec la réglementation en vigueur.

En octobre dernier, Mediacités révélait la situation de cette centrale à béton installée en partie sur un périmètre de protection rapprochée d'un captage d’eau potable du Grand Lyon, au lieu-dit « La Rubina », à l’est de l’agglomération. Un conflit de voisinage – les habitants d’une maison jouxtant l’entreprise se plaignent de fortes nuisances liées au bruit et à la poussière (voir leur pétition ici) – avait entraîné une inspection en juillet 2019 des services de la Dreal, la « police de l’environnement ».      

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Mathieu Périsse