À l’aéroport de Lyon, Vinci prive ses salariés de bureaux et accroît le malaise social interne

L’exploitant de Saint-Exupéry prévoit de réorganiser les espaces de travail en supprimant les bureaux attitrés pour 200 de ses salariés, selon le concept du « flex office ». Un rapport d’expertise interne, que Mediacités s’est procuré, s’alarme du projet. Alors que de son côté, le directeur des ressources humaines quitte le navire.

Aeroport de Lyon
A l’aéroport Lyon Saint-Exupéry. Photo : Sipa.

On savait que l’ambiance n’était pas au beau fixe [relire notre précédente enquête Aéroport Lyon Saint-Exupéry : malaise social derrière les beaux discours de Vinci]. Mais, cette fois-ci, le torchon brûle entre la direction de l'aéroport de Lyon, exploité par Vinci Airports, et les élus du personnel, comme en témoignent des échanges internes dont Mediacités a pris connaissance. En cause ? Un projet de

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Isabelle Jarjaille