Toujours hors-la-loi, la centrale à béton de Décines prévoit un nouveau forage dans la nappe phréatique

Installée en partie sur une zone de captage d'eau potable du Grand Lyon, la société Béton lyonnais tarde à se mettre en conformité avec la réglementation environnementale, malgré une forte pression des services de l'Etat, des élus et d'associations. Alors même que, selon nos informations, elle doit bientôt obtenir l'autorisation de creuser un nouveau forage.

IMG_0381
L’entreprise Béton Lyonnais est installée à Décines, à l’Est de l’agglomération lyonnaise. Photo : Mathieu Périsse.

Allô, la préfecture ? Voisins et élus demandent des actes aux services de l’Etat dans le dossier Béton lyonnais, une centrale à béton installée au nord de la commune de Décines-Charpieu, pointée du doigt depuis près de dix ans pour des entorses à la réglementation environnementale et administrative. Les riverains à l’origine des premières plaintes contre l’entreprise et un collectif d’associations de défense de l’environnement ont envoyé fin septembre un recours gracieux au préfet du Rhône pour demander

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Mathieu Périsse