Affaire du « Picasso des églises » : un séminariste avait sonné l’alerte en 1976

A la fin des années 1970, au séminaire de Vienne-Estressin, Alain a fréquenté l'artiste-prêtre Louis Ribes, décédé et aujourd'hui accusé d'agressions sexuelles par au moins une vingtaine de victimes, enfants au moment des faits. Voici son témoignage.

PhotoPapier2
Le père Louis Ribes, avec deux enfants dont Luc Gemet qui accuse l’ancien abbé et artiste d’agressions sexuelles quand il était enfant. Photo : DR.

Le jeudi 20 janvier 2022, Alain, ancien élève du père Ribes au séminaire des aînés de Vienne-Estressin entre 1976 et 1977 a transmis son témoignage aux diocèses de Lyon, de Grenoble-Vienne et de Saint-Etienne. Sa démarche vise, justifie-t-il, à éclairer « sur une ambiance, une atmosphère qui a marqué » ses jeunes années. Mediacités a pu consulter son récit (dont France 3 Auvergne-Rhône-Alpes s'est également fait l'écho ce mardi 25 janvier).

> Lire par ailleurs notre enquête Agressions sexuelles du « Picasso des églises » : le long silence des diocèses de Lyon et Grenoble

Dans ce séminaire pour vocations tardives, des élèves âgés de 18 à 30 ans qui n’avaient pas eu le bac pouvaient bénéficier d’une remise à niveau avant d’entrer au grand séminaire. Alors âgé de 19 ans, Alain se souvient de Louis Ribes comme d’un prêtre « singulier » et « très négligé, voire sale ». L’abbé est toutefois estimé par ses supérieurs pour ses qualités d’artiste. Ses « cours étaient assez intéressants et magistraux ». « Nous nous efforcions donc de dépasser ces apparences pour profiter de son enseignement », écrit-il, évoquant la « grande pièce qui lui servait de bibliothèque personnelle » avec une « installation stéréophonique dernier cri de très grande qualité (…) ainsi qu . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Charles Deluermoz