Le jeudi 20 janvier 2022, Alain, ancien élève du père Ribes au séminaire des aînés de Vienne-Estressin entre 1976 et 1977 a transmis son témoignage aux diocèses de Lyon, de Grenoble-Vienne et de Saint-Etienne. Sa démarche vise, justifie-t-il, à éclairer « sur une ambiance, une atmosphère qui a marqué » ses jeunes années. Mediacités a pu consulter son récit (dont France 3 Auvergne-Rhône-Alpes s'est également fait l'écho ce mardi 25 janvier).

> Lire par ailleurs notre enquête Agressions sexuelles du « Picasso des églises » : le long silence des diocèses de Lyon et Grenoble

Dans ce séminaire pour vocations tardives, des élèves âgés de 18 à 30 ans qui n’avaient pas eu le bac pouvaient bénéficier d’une remise à niveau avant d’entrer au grand séminaire. Alors âgé de 19 ans, Alain se souvient de Louis Ribes comme d’un prêtre « singulier » et « très négligé, voire sale ». L’abbé est toutefois estimé par ses supérieurs pour ses qualités d’artiste. Ses « cours étaient assez intéressants et magistraux ». « Nous nous efforcions donc de dépasser ces apparences pour profiter de son enseignement », écrit-il, évoquant la « grande pièce qui lui servait de bibliothèque personnelle » avec une « installation stéréophonique dernier cri de très grande qualité (…) ainsi qu . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois