Journaliste cyberharcelée : l’Inspection du travail accable Le Petit bulletin

Depuis cinq ans, Julie Hainaut endure une campagne de haine sur Internet d’une rare violence suite à un article publié dans le média culturel lyonnais. Absence de soutien mais aussi irrégularités contractuelles ou fraude au chômage partiel : un rapport, dont Mediacités et Arrêt sur images dévoilent le contenu, pointe aujourd’hui les manquements fautifs de son ancien employeur dans cette affaire.

2022-08-Le Petit Bulletin-Julie Hainaut
La journaliste lyonnaise Julie Hainaut, cible depuis cinq ans d’une campagne de haine en ligne, après un article publié dans Le Petit bulletin. Photo : © Bruno Amsellem / Divergence.

«J’ai réalisé que ce qui m’impactait autant que les menaces de mort, c’est le silence de ma rédaction. » Depuis 2017, la journaliste lyonnaise Julie Hainaut vit un cyberharcèlement intensif de la part de la fachosphère [relire sur Mediacités : Cyberharcèlement : la journaliste Julie Hainaut face à l’inertie de la justice]. Affaire dans l’affaire : un rapport de l’Inspection du travail, que Mediacités et Arrêt sur images ont pu consulter et que nous reproduisons ci-dessous, accuse son ancien employeur, Le Petit bulletin, de graves

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Oriane Mollaret