C’est encore non. Le 4 janvier dernier, le ministère de la Transition écologique avait donné 15 jours à l’exploitant du parc éolien des Quatre seigneurs de Nozay, entre Nantes et Rennes, pour accepter un arrêt-test de 10 jours. Selon nos informations, l’énorme fonds allemand KGAL (20,2 milliards d’euros de capacité d'investissement) n’a pas donné suite à la proposition de l’État français, qui cherche désormais « des mesures plus coercitives » selon une source proche du dossier.

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.