Un « management inhumain » au Service départemental de secours et d’incendie (SDIS) ? Le terme a fait « bondir » la direction, a-t-on appris mardi, chez nos confrères de Ouest-France, en réaction à notre enquête sur le malaise qui règne au service traitant les appels au 18. « Nous n’avons aucun opérateur en larme ou qui se trouve dans une situation de souffrance, comme pourrait le laisser croire cet article », indique au quotidien un proche du directeur Laurent Ferlay, piétinant la dizaine de témoignages recueillis par Mediacités.

Le SDIS n’aurait par ailleurs « pas l’intention de dévier d’un iota » du protocole de détachement-intégration en tant que sapeurs-pompiers professionnels des fonctionnaires répondant aux appels passés au 18, signé en juillet 2019. « C’est un mensonge de laisser penser qu’on va virer les gens ! », poursuit la direction, dans une lecture pour le moins approximative de notre article : Mediacités n’a jamais laissé croire que les opérateurs perdraient leur travail. C’est leur fonction au sein du CTA-Codis qui est mise en cause. Et c’est justement l’objet de leurs craintes et de leurs deux grèves au cours de ces sept dernières années.

https://www.mediacites.fr/enquete/nantes/2021/02/11/malaise-au-18-ou-le . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois