A Nantes-Atlantique, les agents chargés de la sécurité de l’aéroport se rebiffent

Employés par la société Hubsafe, les agents de sûreté de l'aéroport de Nantes ont refusé l'accord préparé par leur direction pour modifier l'organisation du temps de travail. Il permettait notamment de passer à des vacations de 13 heures consécutives. De quoi, selon les syndicats, compromettre la sécurité des passagers. Mediacités a pris connaissance du projet.

6802740753_17f0dcb108_k
En salle d’embarquement de l’aéroport de Nantes Atlantique. / Photo : CC – Emmanuel Parent – Flickr

«Il nous paraît évident que la sûreté et la sécurité des passagers ne peuvent être assurées dans ces conditions. » Rédigé par une avocate en droit du travail au nom des cinq syndicats représentants les agents de sécurité de l’aéroport Nantes-Atlantique (CGT, FO, CFDT, FMPS et Sud), le courrier a le mérite d’être clair. Daté du 7 décembre 2020, il est adressé au directeur de site de la société Hubsafe, chargée de la sûreté aéroportuaire sur la plateforme nantaise. En clair . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le
Temps de lecture : 7 minutes

Par Isabelle Jarjaille