Sur les 49 000 tonnes de déchets parvenues à l’usine de traitement Alcéa à la Prairie de Mauves, en 2019, 3 800 tonnes seulement sont entrées dans le processus de recyclage. Soit un taux dérisoire de 7,76 %, selon le dernier rapport annuel mis en ligne par Nantes Métropole fin 2020. 7,76 % ? C’est encore plus bas que les 8,7 % du précédent rapport, que nous avions épluché lors de notre enquête sur « les ratés du Tri-Sac », réutilisée par beaucoup de candidats aux municipales puis d’élus nantais d’opposition.

Dès le deuxième conseil métropolitain, l’été dernier, la conseillère métropolitaine (Nouveau Centre), Anne-Sophie Guerra réclamait ainsi que soit lancée « au plus vite l’évaluation du système Tri’sac [...] – un système qui coûte cher et qui est un véritable échec. Ce mandat doit être celui qui évaluera et optimisera ce dispositif », accessible à huit Nantais sur dix (200 000 habitants environ). Elle l’ignorait sans doute, mais le principe d’une « évaluation » avait déjà été (mollement) acté par les élus métropolitains dans le cadre d’un partenariat avec l’Ademe adopté le 14 février 2020, avant les municipales.            

Le tempo s’accélère désormais. Nouvelle vice-présidente de Nantes Métropole chargée des déchets et de l’économie circulaire, l’écologiste Mahel Coppey confirme aujourd’hui à Mediacités qu’une étude d’évaluation « de A à Z de Tri’Sac, de l’usager au traitement en passant par les finances », a été lancée en début d’année. Elle doit livrer ses préconisations « fin 2021 ou début 2022 ». Pour mener à bien ce projet, un ingénieur a été spécifiquement recruté « en externe » par Nantes Métropole pour deux ans, tandis que des enquêtes compilant l’avis des usagers, habitants et commerçants sont déjà en cours.

Peu de succès pour le troisième sac vert

De quoi entrouvrir la porte à un abandon du système controversé, alors que la délégation de service public (DSP) de l’usine de traitement Alcéa de la prairie de Mauves prend fin en octobre 2024 ? « Ça sera sans tabous, répond Mahel Coppey. Je veux une étude hyper complète sur le dispositif, pour sentir les points positifs et négatifs et prendre une décision éclairée. » Un changement de ton au sein de la majorité à propos de ce système de tri aussi marginal que coûteux . La socialiste Michèle Gressus, qui occupait jusqu’aux dernières élections municipales le poste de Mahel Coppey, soutenait par exemple mordicus le dispositif choisi du temps de Jean-Marc Ayrault, en 2006.            

Quels que soient les résultats de l’évaluation, Nantes Métropole sera dans l’obligation d’adapter au moins en partie son système de gestion des déchets avant 2025. Comme toutes les collectivités disposant de cette compétence, elle doit à cette date offrir à ses administrés une solution de collecte des biodéchets. Une expérimentation « multichoix » est d’ailleurs en cours à Nantes Nord depuis 2019, auprès de 3 000 habitants (1 500 foyers). Et là, surprise  ! « Ce n’est pas la collecte en porte à porte [en camion, comme pour le Tri’Sac, NDLR] qui marche le mieux, mais les composteurs partagés avec apport volontaire », note Mahel Coppey. Ce qui contredirait la promesse numéro 89 de la maire (PS) Johanna Rolland (soufflée par les écologistes lors de la fusion des deux listes) : « Généralisation de la collecte [des biodéchets] à domicile (troisième sac/bac vert) ».            


Lire notre précédente enquête sur les ratés de Tri'Sac

https://www.mediacites.fr/enquete/nantes/2020/01/30/rates-de-trisac-et-du-recyclage-la-gestion-des-dechets-enjeu-des-municipales-a-nantes/
 

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.