CHU de Toulouse : bras de fer juridique sur fond de mort suspecte

[EXCLUSIF] Le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de Purpan-Ouest traîne la direction de l’hôpital toulousain en justice pour non communication de l’enquête interne qui a fait suite au décès d’un patient, le 2 février dernier, aux urgences de Purpan.

HOPITAL PIERRE PAUL RIQUET5
L’hôpital Pierre-Paul Riquet, sur le site de Purpan à Toulouse. Photo : Fred Scheiber.

Le 23 juillet, à 8 heures 30, à la demande du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de Purpan Ouest, la direction du CHU de Toulouse va comparaître en référé devant tribunal de grande instance de la ville pour « trouble manifestement illicite ». Le 15 avril dernier, soit moins d’une semaine après nos révélations concernant la mort suspecte d’un patient dans le sas entrant du service des urgences de l’hôpital Purpan, les membres du CHSCT apprennent qu’une Revue de Mortalité et de Morbidité (RMM) a été réalisée par un médecin (ou un ensemble de médecins de ce service) sans la présence des personnels paramédicaux (infirmiers, aides-soignantes, ambulanciers…). Dans la foulée, ils demandent l’organisation en urgence d’un CHSCT extraordinaire pour que la direction s’explique sur ce manquement.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

A l’occasion de la journée de la presse indépendante, profitez de ce week-end portes ouvertes pour lire cet article et tous les autres :

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Eric Dourel