Finalement, ce sera le double ! La semaine dernière, Mediacités vous parlait de cette subvention de 380 000 euros attribuée l'an dernier par le Département de Haute-Garonne à la fédération départementale de la chasse pour construire un nouveau siège social. En réalité, l’enveloppe totale s’élève à 758 922 euros : 379 461 en 2020 et autant cette année, soit 25 % du coût de cette « Maison de la chasse », actuellement en construction à Carbonne. Un détail que la collectivité avait omis de nous préciser, et dont nous avons pris connaissance grâce à l’élue d’opposition MoDem Jacqueline Winnepenninckx-Keyser, candidate aux élections départementales.

« Le scandale est donc deux fois plus important. Je trouve cela abusif à six mois des élections. On peut avoir des projets de ce type-là, mais il faut pouvoir les expliciter, s’exclame cette dernière. Quand on voit le mal-être des agents du Département ou encore les problèmes de financements dans l’action sociale, on se dit que ce genre de budget pourrait être réservé à ceux qui en ont vraiment besoin. Et Monsieur Méric n'a pas invité la presse à ce sujet alors qu'il l'a fait précédemment pour l'aide aux victimes de violences conjugales pour une subvention de 66 000 euros. »

Pour autant, en novembre 2020, la subvention à la fédération des chasseurs a été votée à l’unanimité en commission permanente. À ce moment-là, l’opposition n’avait donc rien trouvé à redire au projet. « Je n’étais pas en commission permanente. C’étaient deux de mes collègues qui n’ont pas dû la voir passer. Il y a beaucoup de subventions qui sont votées », justifie l’élue d’opposition.

subvention-maison-chasse-CPnov20(1)

« Rien n’est occulte, se défend le Département. Le Président Georges Méric demande à ce que chaque subvention soit lue devant les élus départementaux. Ils étaient au courant. » Pourquoi alors ne pas avoir évoqué la subvention prévue en 2021 ? « C’est parce que nous parlions de la subvention qui a déjà été versée à la fédération de la chasse et pas du projet global », argumente la collectivité. 

Piquée au vif par notre révélation, celle-ci s’est fendu d’une réaction sur Twitter dans la soirée du 4 mai, regrettant une « tentative de manipulation autour d’un projet sérieux » et rappelant que « la fédération de la chasse 31 œuvre à la mise en valeur du patrimoine cynégétique départemental et à la protection et à la gestion de la faune sauvage ainsi que ses habitats ».

Que les chasseurs engrangent des subventions au nom de la sauvegarde de l’environnement est matière à débat, mais ce n’était pas l’objet de notre article. De plus, la subvention de 780 000 euros ne finance pas des actions environnementales, mais la construction d’un bâtiment. « Nous considérons que l’action menée par cette fédération rentre dans la politique départementale pour l'environnement, maintient la collectivité. Si une association a un projet de déménagement de siège social, on regarde si cela correspond à nos politiques et on applique un taux qui est toujours en général entre 20 et 25 %. Si la Maison du vélo, par exemple, voulait s'installer dans un magnifique lieu pour valoriser le vélo et que l'investissement était d'un million d'euros, ils auraient une subvention proportionnelle à cet investissement. »

Embarrassé, le Département assure tout de même aujourd’hui que la 2e tranche du financement n’est pas définitivement actée : « Elle n'a pas été payée et elle fera l'objet d'un nouveau vote en commission permanente en octobre prochain. La fédé a un local à vendre. On verra donc leur plan de financement. » Non prévue dans la délibération de novembre, cette clause de revoyure ne fait pas les affaires de Jean-Bernard Portet. Recontacté à ce sujet, le patron des chasseurs de Haute-Garonne s’est montré très vindicatif et nous a raccroché au nez.

Faute de données consolidées pour l’année 2021, impossible de comparer la subvention attribuée à la fédération de la chasse 31 et celles reçues par les associations environnementales. Mais pour rappel, entre 2015 et 2020, les chasseurs ont capté près de la moitié des subventions allouées aux associations par la direction départementale à la transition écologique.

 
« En volume, c'est vrai que la subvention à la fédération de la chasse représente une grande part du budget alloué aux associations pour la transition écologique. Mais on ne lésine pas sur cette question : en 2020, nous avons créé une maison de la biodiversité, au sein de la forêt de Buzet-sur-Tarn et à destination du grand public, pour un montant de 1,53 million d'euros, rappelle le Département. La protection de la biodiversité est un des axes prioritaires du plan engagé par le conseil départemental en faveur de la transition écologique qui représente un budget de 15 millions d'euros. »

Du côté des associations environnementales, les réactions oscillent entre stupeur et prudence. « C’est scandaleux ! », s’agace la directrice de l’une d’entre elles tout en notant « un engagement fort du conseil départemental pour la protection des zones humides ou les espaces naturels sensibles de Haute-Garonne ». Pour Jean Olivier, directeur de la France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées, la différence de traitement s’explique autant par la bonne structuration du « lobby de la chasse » à l'échelle nationale, régionale ou départementale, qui permet aux chasseurs de se faire entendre « plus facilement », que par la timidité des associations écologistes.

« Nous, associations de l'environnement, ne sommes pas encore bien identifiés par les collectivités, même si on note une nette amélioration depuis 2019 avec le Département de Haute-Garonne, affirme Jean Olivier. Nous avons obtenu une première subvention importante de 50 000 euros dans le cadre d'un partenariat avec la collectivité. Mais au regard de ce que obtiennent les chasseurs, on pourrait demander plus. Surtout si on veut construire quelque chose d'ambitieux pour l'environnement. À nous d'être moins complexés. Nous avons un rôle clef à jouer dans la mise en place de politiques environnementales. »

 

Pourquoi cette subvention de 760 000 euros était-elle passé inaperçue ? Depuis quelques semaines, nous passons au crible les subventions attribuées par le conseil départemental de Haute-Garonne entre 2015 et 2020 pour un montant avoisinant les 804 millions d’euros. Ce travail a été possible grâce au Département qui nous a fourni un tableau très complet des 26 000 subventions distribués durant le mandat de George Méric. Comme expliqué ci-dessus, la subvention destinée à la fédération des chasseurs s’étale sur deux années. La deuxième tranche ne figure donc pas dans le tableau que le conseil départemental nous a envoyé. Cela ne nous avait pas été précisé par la collectivité ou par la fédération des chasseurs au cours de nos échanges initiaux.