Qui est le créateur toulousain à l’origine du drapeau mondial des sourds ?

Atteint à la fois de surdité et de cécité, Arnaud Balard, 52 ans, est à l’origine du drapeau choisi en juillet dernier pour représenter la communauté mondiale sourde. L'artiste a créé un courant de pensée en 2009, le surdisme, afin de représenter la communauté sourde. Entretien.

2023-JUILLET-TOULOUSE-Drapeau sourds
Le drapeau d'Arnaud Balard a été choisi pour représenter la communauté mondiale des sourds./ Photo DR

Originaire d’une famille rhuténoise, Arnaud Balard est né à Toulouse en 1971, et a été placé dans une école pour sourds dans la Ville rose, de trois à huit ans. Après avoir obtenu son bac à Paris, il revient à Toulouse pour ses études. Il se heurte au manque d’accessibilité de l’université du Mirail où il est d’abord inscrit en histoire, puis opte pour l’école privé MJM de design graphique et de communication visuelle. Après avoir fait les Beaux‐Arts de Rennes, il vit aujourd’hui à Paris. Mediacités s’est intéressé au parcours qui l’a mené jusqu’à l’invention du drapeau officiel mondial des sourds.

Vous avez créé le drapeau de l’union des signes – le sign union flag, en anglais – qui a été reconnu en juillet dernier comme celui de la communauté sourde mondiale. Comment est née cette démarche ? 

La fédération mondiale des sourds avait proposé en 2011 un drapeau censé représenter les sourds. Mais il était vivement critiqué parce qu’il ne comportait aucun symbole explicite. Pour autant, le logo avec les deux petites mains qui signent à côté de l’oreille barrée était refusé par certains sourds, car trop souvent associé au champ médico‐social du handicap.…  Alors, j’ai eu l’idée de dessiner les mains, en utilisant un graphisme purement mathématique et les directions cardinales de la boussole pour faire les doigts.

Grâce à sa puissance graphique, mon drapeau peut faire jeu égal avec les drapeaux des pays. Je l’ai appelé « drapeau de l’Union des Signes », pour montrer que la langue des signes peut être parlée par tout le monde, comme n’importe quelle langue. Je l’ai dévoilé en mars 2013 …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Armelle Parion