On vous l’annonçait le 6 octobre dernier : après son élection comme sénateur, le maire d’Hellemmes, l’ex-PS Frédéric Marchand, souhaitait créer un groupe En Marche à la Métropole Européenne de Lille (MEL). Objectif : faire peser le nouveau parti du président Emmanuel Macron dans les instances politiques locales. Mais le groupe MEM (Métropole En Marche) ne verra pas le jour comme prévu, ce jeudi 19 octobre, lors du premier conseil de communauté de cette rentrée.

« Ça ne m’intéressait pas d’arriver à la MEL avec quatre personnes dans le groupe, expliquait Frédéric Marchand dès lundi à Mediacités. Donc on diffère au prochain conseil de décembre ». Le nouveau sénateur veut lancer son groupe avec le maximum d’élus. Et certains attendent de voir l'évolution des relations entre les collectivités et l’Etat avant de s’engager dans le mouvement En Marche. Ce report s’explique aussi par des pressions émanant de grandes figures du PS sur des élus socialistes tentés de rejoindre l’aventure. Par ailleurs, les élus En Marche souhaitent attendre la recomposition du paysage politique à l’échelle nationale avant de s’attaquer au niveau local.

Le conseil communautaire de ce jeudi sera, en tous cas, mouvementé. A droite, le sénateur LR Marc-Philippe Daubresse, vice-président chargé de l’aménagement du territoire et urbanisme, n’a toujours pas donné sa démission comme le veut la loi sur le non-cumul des mandats. Il sera donc officiellement démissionné le 24 octobre, soit un mois après son élection au poste de sénateur. Quant au ministre Gérald Darmanin, il n’a pas non plus démissionné mais rien ne l’empêche, lui, de conserver son poste de vice-président chargé des transports. Rappelons que Gérald Darmanin pourrait rejoindre le futur groupe MEM, d’autant que son parti actuel - Les Républicains - avait annoncé son exclusion lors d’un bureau politique, avant de faire machine arrière et de lui donner un délai de huit jours pour « s’expliquer ». Les huit jours sont écoulés. Depuis, c’est silence radio chez LR.

A droite toujours, on attend la démission de Florence Bariseau, chef de file du groupe de droite MCU (Métropole Communes Unies). Sur Twitter, le maire de La Madeleine, Sébastien Leprêtre, a d’ores et déjà annoncé qu’il quittait MCU pour rejoindre, avec les représentants madeleinois (Anne Soubrier et Claude Jegou), le groupe Métropole Passions Communes (MPC) du président Damien Castelain « parce que la MEL est plus forte quand elle est rassemblée ». « Les maires de Bondues et de Prémesques devraient aussi quitter MCU pour MPC », croit savoir Sébastien Leprêtre. Cinq élus MCU sur 44 ? Cela commence à faire beaucoup. La tâche du futur président du groupe MCU, le Roubaisien Max-André Pick élu officiellement le 18 octobre, s'annonce ardue. Le mercato ne fait que commencer.