La start-up En Marche est en train de se transformer en PME. Qui aurait misé sur le mouvement d’Emmanuel Macron lors de son lancement en avril 2016 ? Chez les socialistes lillois, personne. Mais depuis, En Marche a tout raflé quand d’autres ont tout perdu. Emmanuel Macron est devenu Président de la République, ses marcheurs ont décroché 308 mandats de députés, et ils sont désormais 28 sénateurs. Parmi eux, Frédéric Marchand, bien décidé à tisser la République En Marche à l’échelle locale, dans le Nord. Comme il n’y a pas d’élections avant 2020, LREM a besoin de commencer à peser dans les assemblées locales pour préparer les prochaines échéances. Pour cela, il faut des élus locaux comme le sénateur et maire d’Hellemmes. « Je n’ai pas la pertinence d’être un leader charismatique, confiait Frédéric Marchand le soir de son élection, le 25 septembre dernier. Mais pour la République en Marche, le moment est venu d’exister et de s’organiser à l’échelle du département ».
Vers un groupe Metropole En Marche
Les grandes manœuvres vont débuter à Lille le 19 octobre, jour du conseil de communauté à la MEL (Métropole Européenne de Lille). Viendra ensuite le temps de créer un groupe au Conseil Départemental, au Conseil Régional et probablement dans plusieurs municipalités comme celle de Lille. En attendant, LREM va donc créer à la MEL le groupe « Métropole En Marche », comme « MEM pas peur », sourit Frédéric Marchand. Il faut un minimum de quatre élus pour créer un groupe et bénéficier des moyens de la MEL (un bureau, un chargé de mission, des services comme . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.