"Si la région ne se remet pas en question, on ne mettra pas 1,3 milliard d’euros dans l’économie régionale. » Lorsqu'il présente, le 30 juin, son plan de relance pour les Hauts-de-France en assemblée plénière, le président du conseil régional Xavier Bertrand a bien conscience que le montant mis en avant n’est pas gravé dans le marbre. Il prend d’ailleurs soin de terminer son intervention par un discret appel à ne pas trop se focaliser sur ce chiffre. « Les moyens budgétaires, c’est ce que regardent les observateurs, c’est ce qui crédibilise. Mais l’important, c’est la méthode », explique-t-il devant les conseillers.

Cette réserve est évidemment passée inaperçue. Le montant global de 1,3 milliard a été pris pour argent comptant par nombre de médias alors qu’il pose beaucoup de questions. Correspond-il aux moyens de la région ? Ou à une liste d'actions définies précisément ? Impossible de le dire aujourd'hui. A tel point qu'on peut se demander s’il n’est pas d’abord un outil de communication...

Xavier Bertrand n’a pas été le premier président de région à dégainer un plan de relance. Il a été devancé de plus d’un mois par Valérie Pécresse. Montant du package post-covid dévoilé le 28 mai par son homologue d’Ile-de-France ? 1,3 milliard d’euros également. Le 4 juin, c'était au tour de Laurent Wauquiez, le patron de la région Auvergne Rhône Alpes, de communiquer sur un dispositif à 1 milliard d’euros. De quoi fixer très haut la barre de la crédibilité. Au risque d . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !