Xavier Bertrand s’offre un joli coup de com’ avec son plan de relance à 1,3 milliard d’euros

Le président du conseil régional des Hauts-de-France a dévoilé fin juin un programme en cinq points censé atténuer la crise économique liée au Covid-19. Problème, les chiffres contenus dans la délibération votée par les élus semblent tirés du chapeau. Le véritable plan devrait voir le jour à la rentrée.

Xavier Bertrand en juin 2020, lors de la présentation de son plan de relance à 1,3 milliard d’euros au Conseil régional des Hauts-de-France. DR

"Si la région ne se remet pas en question, on ne mettra pas 1,3 milliard d’euros dans l’économie régionale. » Lorsqu'il présente, le 30 juin, son plan de relance pour les Hauts-de-France en assemblée plénière, le président du conseil régional Xavier Bertrand a bien conscience que le montant mis en avant n’est pas gravé dans le marbre. Il prend d’ailleurs soin de terminer son intervention par un discret appel à ne pas trop se focaliser sur ce chiffre. « Les moyens budgétaires, c’est ce que regardent les observateurs, c’est ce qui crédibilise. Mais l’important, c’est la méthode », explique-t-il devant les conseillers.

Cette réserve est évidemment passée inaperçue. Le montant global de 1,3 milliard a été pris pour argent comptant par nombre de médias alors qu’il pose beaucoup de questions. Correspond-il aux moyens de la région ? Ou à une liste d'actions définies précisément ? Impossible de le dire aujourd'hui. A tel point qu'on peut se demander s’il n’est pas d’abord un outil de communication...

Xavier Bertrand n’a pas été le premier président de région à dégainer un plan de relance. Il a été devancé de plus d’un mois par Valérie Pécresse. Montant du package post-covid dévoilé le 28 mai par son homologue d’Ile-de-France ? 1,3 milliard d’euros également. Le 4 juin, c'était au tour de Laurent Wauquiez, le patron de la région Auvergne Rhône Alpes, de communiquer sur un dispositif à 1 milliard d’euros. De quoi fixer très haut la barre de la crédibilité. Au risque d . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Yves Adaken