Hauts-de-France : quelles énergies renouvelables pour demain ?

Plutôt bien située pour la part des énergies renouvelables dans la consommation globale, la région Hauts-de-France cherche sa voie pour demain. Nucléaire, méthanisation et géothermie ont ses faveurs pour accroître son autonomie énergétique.

thumbnail_Methanisation SER Centrale biométhane de Vermandois développée et exploitée par ENGIE BiOZ et située à Eppeville (80).Credit ENGIE BiOZ
La centrale biométhane de Vermandois, à Eppeville, dans la Somme. Photo : Syndicat des énergies renouvelables.

Champion national de l’éolien terrestre et n°2 pour le biométhane, ce gaz produit à partir de déchets organiques via la méthanisation : les Hauts-de-France n’ont pas à rougir de leur classement pour la production d’énergies renouvelables (EnR) par comparaison aux autres régions françaises, selon les chiffres que le Syndicat des énergies renouvelables (SER) vient de rendre public. Le secteur n'est pas marginal. Il procure déjà 53 millions d'euros de retombées fiscales et représente 14 440 emplois dans la région. En 2028, il pourrait en regrouper près de 23 000.            

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Anne Henry-Castelbou