Le plan de sobriété énergétique donne le coup de grâce à la serre équatoriale de Lille

Vétuste, peu connue des Lillois et très énergivore, la serre équatoriale du jardin des plantes de Lille a définitivement refermé ses portes dimanche dernier, sur décision de la municipalité. Mediacités s’est penché sur les fondements d’une mort annoncée.

Serre équatoriale Lille – 1
Cinquante-deux ans après sa construction, la serre équatoriale de Lille située dans le jardin des plantes a fermé ses portes le 9 octobre. En cause, une trop forte consommation énergétique dans le contexte d’explosion des prix de l’énergie. Photo Matthieu Slisse

S’il n’y avait pas un gardien à l’entrée, on pourrait tout à fait croire que l’endroit est abandonné. Vitres blanchies et même fissurées par endroits, béton qui s’effrite : l’aspect extérieur de la serre équatoriale de Lille n’incite pas vraiment à une visite. Depuis sa construction en 1970 dans le jardin des plantes, l’état du bâtiment brutaliste dessiné par l’architecte lillois Jean-Pierre Secq n’a cessé de se dégrader. Si bien qu’aujourd’hui, l’imposante masse de béton et de verre est avant tout une passoire thermique.

Face à la forte hausse des prix de l’énergie, la mairie de Lille a pris une décision radicale : fermer la serre équatoriale. Une décision effective depuis le 9 octobre et qui, en y regardant de plus près, était assez prévisible.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Matthieu Slisse