Les « vélotafeurs » - les cyclistes qui ne jurent que par leurs bicyclettes pour se déplacer, notamment entre leur domicile et leur lieu de travail - en ont rêvé. Bruno Bernard ne l’a pas encore fait… Mais le « REV », pour « Réseau express vélo », promis par le président (EELV) de la Métropole de Lyon, est en route. Dans la programmation pluriannuelle des investissements (PPI), votée lors du dernier conseil du Grand Lyon, le 25 janvier, les élus ont validé une enveloppe de 200 millions d’euros allouée au projet « Métropole cyclable et apaisée » (la somme comprend aussi les aménagements prévus pour les déplacements piétons). De quoi éclaircir un peu [lire ci-dessous l’encadré « Un calendrier très flou »] le chantier d’autoroutes à vélo, engagement phare des écologistes qui tiennent le guidon de la collectivité depuis l’an dernier.

Au total, la Métropole prévoit la création de 250 kilomètres de pistes cyclables d’ici à la fin du mandat, en 2026. Le grand « REV » à 450 kilomètres vendu dans le programme des écologistes pendant la campagne électorale n’était donc pas contractuel… Cet objectif est visé pour l’horizon 2030. Voire même déjà revu à la baisse. « On part plutôt sur

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Cet article concerne les promesses :
« Multiplier par dix le stationnement sécurisé pour les vélos » « Créer un Réseau Express Vélo (REV) de 450 kilomètres »
Voir toutes les promesses