Sécurité : il ne faut pas tout attendre de la nouvelle police de proximité

Pas assez d'effectifs, de moyens et seulement trois quartiers couverts... La police de sécurité et du quotidien (PSQ) ne débarquera à Nantes qu'en janvier, plus d'un an après son annonce en fanfare. Pourtant, de la majorité à l'opposition municipale, de François de Rugy aux syndicats, elle fait déjà l'unanimité sur ses... limites.

Police_Dervallières
Policier dans le quartier des Dervallières, à Nantes, lors des violences de juillet 2018 / Photo : Romain Boulanger/SIPA

Un contrôle de police qui tourne très mal. Le 3 juillet, un jeune homme de 22 ans est tué par un agent. Des violences urbaines éclatent aussitôt au Breil, quartier sensible de Nantes. Sensible, mais pas au point d’être désigné «  de reconquête républicaine » – comme le sont Bellevue, Malakoff ou Les Dervallières. Et donc pas au point de bénéficier des 15 à 30 policiers de sécurité et du quotidien (PSQ) qui seront répartis sur ses trois voisins en janvier 2019. Pourtant, les alertes sont fréquentes au Breil : six jours avant le tir mortel, une adolescente avait déjà été blessée à l’arme lourde. 

« Un jour de février, à 11 heures, la préfecture m’a demandé de désigner quatre quartiers de reconquête républicaine. Puis, à 14 heures, il n’en fallait plus que trois, raconte Gilles Nicolas, adjoint à la sécurité de la mairie de Nantes. Je n’ai pas choisi les trois pires
Des chiffres cachés
Contrairement à d’autres villes (comme Le Havre, par exemple), la mairie de Nantes ne donne pas de chiffres de la délinquance quartier par quartier …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Rozenn Le Saint