«Ah ! Qu’en termes galants ces choses-là sont mises ». N’en déplaise à Molière et à son Misanthrope, c’est un fait à ne jamais perdre de vue lorsqu’on lit un document émanant d’une Chambre régionale des comptes (CRC) : si les magistrats qui y exercent sont généralement réputés pour l’acuité de leurs analyses, plume en main ils préfèrent souvent la politesse sociale d’un Philinte à la franchise parfois blessante d’un Alceste. Une litanie de chiffres et de sigles en plus.

Sans surprise, le rapport de la CRC sur les comptes et la gestion du CHU de Nantes a donc été favorablement accueilli lors de sa présentation, lundi 12 octobre au soir, au conseil de surveillance de l’hôpital. Et un brin moqué le lendemain, lors d’une réunion qui regroupait les opposants au projet de transfert de l’établissement sur l’île de Nantes. Jean-Marie Ravier, représentant du Galea, principale association d’opposants, félicitant même les magistrats pour leur art consommé de « la litote ».          . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.