Essoré par la crise, le Puy du Fou fait appel au soutien de l’État et… de l’Europe

Le parc d'attraction vendéen a vu sa fréquentation chuter entre 30 et 49 %, et affiche une perte nette inédite de 23 millions d’euros en 2020, d'après les documents que Mediacités a consultés. De quoi obliger la famille de Villiers à solliciter l’aide de l’État et de l’Europe et à recruter un tout nouveau directeur général délégué cet été.

50978463743_7f7d0399ec_k
Nicolas de Villiers (à gauche), en visite sur le chantier de la déclinaison espagnole du Puy du Fou, à Tolède. / Photo : CC – Emiliano García-Page Sánchez

«Le Puy du Fou va revivre. Le Puy du Fou vivra ! », exultait son fondateur Philippe de Villiers au printemps 2020. À l’issue d’un arbitrage sur-mesure d’Emmanuel Macron, le troisième parc d’attractions de France rouvrait ses portes dès le 11 juin 2020 aux Épesses, en Vendée. Soit un mois avant Disneyland Paris ou le parc Astérix et

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Thibault Dumas