Carrières : comment la Loire-Atlantique est devenue l’une des plus importantes sablières de France

Si le débat sur l'extension des carrières de Saint-Colomban mobilise l'attention, on ignore parfois que la Loire-Atlantique est l'un des principaux producteur de sable, gravillons et autres graviers. Une production utilisée essentiellement au niveau local pour les besoins en logements, bâtiments et infrastructures. Et une autre conséquence de l'irrésistible attractivité de la métropole nantaise.

sabliere
350 millions de tonnes de sable, gravillons et graviers sont extraits chaque année en France dans plus de 3000 carrières. / Image : François Goglins – Creative Commons

350 millions de tonnes de sable, de gravier et de gravillons par an ! Voilà ce que consomme chaque année la France pour construire des bâtiments, des routes, produire du verre ou de la peinture, des engrais ou des cosmétiques... Deuxième ressource naturelle la plus exploitée au monde en volume (après l'eau et devant le pétrole), d'après l'ONU, les granulats sont omniprésents dans notre quotidien. Sans que nous le remarquions toujours. Afin de faire face à nos besoins permanents, les carrières jalonnent donc l'ensemble du territoire français. Pourtant, elles sont inégalement réparties à travers le pays. Quasiment 10 % de la production nationale de granulats est extraite de l'une des 171 carrières que compte la région Pays de La Loire.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Blanche Mares