Artificialisation des sols et réchauffement climatique : les experts alertent, la Région Pays de la Loire détourne le regard

Manque d'eau, vagues de chaleur plus fréquentes, tempêtes et inondations plus violentes... Rendu public le 24 juin, le rapport du Giec Pays de la Loire consacré aux conséquences du réchauffement climatique sur la région est inquiétant. Mais apparemment pas suffisamment pour faire réagir la majorité LR au Conseil régional...

Nantes_vue_du_ciel
Nantes, vue du ciel. / Photo : CC – Franck Barske – Pixabay

«Encore un instant, Monsieur le bourreau »… Jeudi 23 juin, dans l’hémicycle du Conseil régional des Pays de la Loire, voilà ce que semblaient supplier les élus de la majorité (LR et UDI) au moment d’adopter l'un des textes à l'ordre du jour. Son objet ? Demander à l’État d’autoriser la région à ne réduire sa consommation de terres agricoles que de 34 % à l’horizon 2030, au lieu des 50 % prévus par la loi « Climat et résilience » d’août 2021.

Sur un territoire où elle est déjà galopante [voir carte ci-dessous], un tel assouplissement se traduirait – si l’État donne son blanc-seing – par près de 4000 hectares d’artificialisation des sols supplémentaires. « Une aberration écologique et climatique »,

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Benjamin Peyrel