«Encore un instant, Monsieur le bourreau »… Jeudi 23 juin, dans l’hémicycle du Conseil régional des Pays de la Loire, voilà ce que semblaient supplier les élus de la majorité (LR et UDI) au moment d’adopter l'un des textes à l'ordre du jour. Son objet ? Demander à l’État d’autoriser la région à ne réduire sa consommation de terres agricoles que de 34 % à l’horizon 2030, au lieu des 50 % prévus par la loi « Climat et résilience » d’août 2021.

Sur un territoire où elle est déjà galopante [voir carte ci-dessous], un tel assouplissement se traduirait – si l’État donne son blanc-seing – par près de 4000 hectares d’artificialisation des sols supplémentaires. « Une aberration écologique et climatique »,

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !


Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.
Voir ma déclaration d’intérêts