Ces remèdes qui permettraient (peut-être) aux citoyens d’aller à nouveau voter

Entre la modernisation des modes de scrutin et des modalités de vote, plusieurs ajustements pourraient limiter l'abstention massive. Mais seul un changement profond des pratiques politiques permettra de contrer le désenchantement démocratique.

Abstention
Un bureau de vote lillois déserté lors du premier tour des élections régionales et départementales, le 20 juin 2020. Photo : Alexandre Lenoir

Avec un taux supérieur à 66 %, les Français ont pulvérisé les records d'abstention à l'occasion du premier tour des élections régionales et départementales. Et encore ! Il faudrait ajouter à ce score un pourcentage important de votes d'électeurs désenchantés, qui accomplissent leur devoir électoral sans aucun enthousiasme. Jusqu’où accepter ce naufrage démocratique qui, ne l'oublions pas, induit des biais colossaux dans la mesure où l'abstention est plus le fait des jeunes et des populations populaires ? Comment l'expliquer et - surtout - comment reconduire les citoyens sur le chemin des urnes ?

Dans le prolongement de nos multiples enquêtes, de notre Manifeste pour engager une transition démocratique ou encore du Livre Blanc pour une démocratie locale renouvelée, co-rédigée avec l'Observatoire de l'éthique publique, Mediacités passe en revue quelques pistes d'action en réponse aux objections les plus couramment avancées par les abstentionnistes.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Jacques Trentesaux