Soigner la démocratie

Tout au long de l’été 2018, Mediacités a ausculté la démocratie française. De l’affaire Fillon à la condamnation de Jérôme Cahuzac, la répétition des scandales qui éclaboussent la classe politique nationale comme locale creuse le fossé entre les citoyens et leurs représentants. Plus des trois quarts des Français estimeraient que notre système démocratique fonctionne « de moins en moins bien », selon une enquête Ipsos-Sopra Steria. Juge d’instruction, président d’association, élu ou chercheurs : pendant cinq semaines, Mediacités a donc donne la parole à cinq experts. Ils pointent les failles de notre démocratie mais ils nous livreront aussi leurs pistes et propositions pour rétablir la confiance en notre système politique. Cette réflexion est plus que jamais nécessaire, et c’est pourquoi nous continuerons jour après jour d’alimenter cette série estivale.

Gilets jaunes : répondre par le bas à l’urgence démocratique

[TRIBUNE] La crise des « gilets jaunes » peut être résolue autrement qu’en confiant les clés de l’Elysée à l’extrême-droite. A condition qu'au niveau local, les élus comme les fonctionnaires ne confisquent plus les institutions, mais associent réellement les citoyens à la prise de décisions (forums, pétitions et référendums), avertit le sociologue Laurent Mucchielli.

Oui, il est encore temps de sauver la démocratie !

LilleNotre conférence du 11 décembre dernier à Lille a permis de prendre à bras le corps les défis démocratiques qui traversent la France. Et d’esquisser des pistes pour rénover la démocratie. Voici un résumé des échanges et la vidéo de l’événement.

« La culture de l’éthique a du mal à s’imposer parmi les élus »

Aurore Granero, maîtresse de conférences en droit public et membre de l’Observatoire de l’éthique publique, propose de mettre à plat les indemnités de mandats et de créer un comité citoyen de suivi des dépenses des élus dans chaque collectivité.

“Nous avons un président jupitérien… et des hyper-présidents de collectivités”

A la tête de l’Association des élus locaux d’opposition, Clotilde Ripoull témoigne de la concentration de nombreux pouvoirs aux mains des maires. Selon cette ancienne conseillère municipale, plus de transparence permettrait aux citoyens de s'impliquer davantage dans la vie politique locale.

L’effet Macron ou le bilan désenchanté de la démocratie participative

Marion Paoletti, maîtresse de conférence en science politique, estime que l'image du chef qui tranche – véhiculée par le président – contribue à remettre en cause la démocratie participative. Elle défend l'émergence d'un droit d'interpellation citoyen pour rééquilibrer les pouvoirs entre élus et électeurs.

« Les collectivités locales sont très exposées à la corruption »

Pour le magistrat Charles Duchaine, patron de l'Agence française anticorruption, la décentralisation a multiplié les risques de corruption au niveau local. Très puissantes et insuffisamment contrôlées, les collectivités auraient tout à gagner à se protéger davantage contre la prise illégale d'intérêts, le trafic d'influence et le détournement de fonds publics.

Un jeu pour découvrir l’ampleur de la corruption « au coin de la rue...

Un « serious-game » imaginé par la plateforme OpenBudgets.eu et l’agence Journalism++ propose aux internautes une immersion dans une mairie… avec ses propositions déconcertantes et ses choix cornéliens. Essayez-vous au poste de directeur de cabinet et tentez de moraliser la vie publique locale... ou pas !

« Quand personne ne contrôle, la corruption s’installe »

Président de l’association Anticor, Jean-Christophe Picard regrette l’absence de mesures fortes pour lutter contre la fraude fiscale et la corruption. Constatant la faiblesse des contre-pouvoirs en France, il propose ses solutions pour mettre fin aux scandales à répétition qui éclaboussent la classe politique nationale comme locale.

TRIBUNE – Loi Confiance: de l’urgence de moraliser notre démocratie locale !

Le président de la République a promulgué, vendredi 15 septembre, les deux lois pour rétablir la confiance dans la vie politique. Malgré quelques progrès notables qu’il n’a aucun mal à saluer, l’auteur d’« Un village sous influence », Nicolas Tavernier, doute de son efficacité à véritablement lutter contre la corruption et le sentiment d’impunité que certains élus acquierent dans leurs baronnies.