La loterie des places de crèches à Toulouse

À Toulouse, deuxième ville de France derrière Paris pour le nombre de naissances, obtenir une place en crèche, c'est un peu la loterie. Pour trois demandes, une seule est satisfaite. En début de mandat, Jean-Luc Moudenc avait annoncé la création de 1 000 places supplémentaires et garanti l’anonymat des dossiers lors des commissions d’admission. Aujourd’hui, son bilan fait débat. 

dessin creche
Illustration : Jean-Paul Van Der Elst.

Jean-Luc Moudenc s’y était engagé en 2014 : créer 1 000 places supplémentaires dans les crèches toulousaines d’ici à 2020, pour un investissement de 74 millions d’euros. « L’objectif a été atteint », affirme l’élue à la petite enfance, Laurence Katzenmayer, qui donne le détail de ces «1 273 nouvelles places » : 875 places en gestion associative, 196 places en gestion municipale, 202 places en gestion privée dont 63 financées par la Mairie (réservation de berceaux).

Des chiffres que remettent en cause plusieurs élus d’opposition, dont Claude Touchefeu, conseillère municipale engagée sur la liste Pour la cohésion, l’autre choix menée par Pierre Cohen. « La municipalité a certes créé de nouvelles places, mais elle en a aussi supprimé !, s’exclame-t-elle. Entre des fermetures de crèches et la suppression de près de 300 places chez les assistantes maternelles (NDLR enfants accueillis au domicile d’une assistante maternelle employée par la mairie), on estime que le solde positif de places est de 600 et non pas 1 000. » Une réduction du nombre d’assistantes maternelles justifiée, selon Laurence Katzenmayer, par le fait que « l’accueil collectif est sollicité au moment de l’inscription par près de 90 % des familles ».

Cette guerre des chiffres cache une différence de vision de la petite enfance. L’opposition reproche à la municipalité d’avoir privilégié le secteur privé au détriment de la régie directe. Il existe aujourd'hui plusieurs modes de garde pour les quelque 20 100 enfants de moins de trois ans recensés à Toulouse par l’Observatoire Enfance en 2016 : les assistantes maternelles indépendantes, les crèches associatives ou mutualistes, les crèches privées et d'entreprises et les . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Maylis Jean-Préau