Le calendrier semble mal venu. Au moment où les professionnels du tourisme et de l’hôtellerie s’alarment sur le devenir de leur activité, le Comité régional de tourisme Occitanie (CRTO) traverse une crise de gouvernance. La présidente de la région Occitanie vient de débarquer brutalement la présidente de cette agence d’attractivité pour la promotion du territoire, la Montpelliéraine Virginie Rozière.

La décision a été votée à l’unanimité lors de la commission permanente du vendredi 3 avril. Dans un e-mail envoyé aux conseillers régionaux de la majorité que Le d’Oc s’est procuré, Carole Delga justifie cette décision par « une rupture de confiance au cours de ces derniers mois ». Très critique, l’ancienne secrétaire d’Etat au commerce dit « regretter l’attitude de défiance à l’encontre de l’institution régionale, oubliant même de représenter le CRT au sein de la collectivité. » Carole Delga évoque aussi « un manque de coopération » avec les différents partenaires et un « dysfonctionnement préjudiciable à l’efficience de nos actions en faveur de l’économie touristique. » Et de s’indigner : « Comment accepter que la présidente du CRT n’ait pas répondu favorablement aux demandes de rendez-vous de partenaires tels que la Ville de Lourdes, deuxième destination touristique française ou la puissante Fédération régionale de l’Hôtellerie de plein air ? » La présidente du conseil régional regrette également du « retard », des « lenteurs » ainsi que certaines orientations stratégiques qui se résumeraient à « des actions de communication publicitaire ».

Contactée par Le d’Oc, Virginie Rozière n’en revient toujours pas. « Il y a encore trois semaines, Carole m’avait passé commande d'actions possibles . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois