"Archipel citoyen ne mérite plus son nom ! » Depuis l’annonce de la fusion entre les listes conduites par Antoine Maurice (EELV) et Nadia Pellefigue (PS), celle du maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR) multiplie les communications agressives pour décrédibiliser ses concurrents. « Les appareils politiques d’extrême-gauche ont réalisé un fantastique hold-up. Les tambouilles politiciennes de ces derniers jours ont achevé de sacrifier les dernières bribes de « citoyenneté » qui restaient à Archipel », écrivent ainsi 35 candidats de la liste Aimer Toulouse ! Et ces colistiers « non-encartés » de conclure : « Nous sommes l’équipe des citoyens toulousains. »

Ces assertions méritent qu’on s’y attarde et font naître trois questions : Quelle est la composition de cette liste d’union renommée Archipel citoyen Toulouse ensemble ? Les candidats non-encartés en ont-ils été évincés par les partis politiques ? Et qu’en est-il de la liste emmenée par Jean-Luc Moudenc ?
À quoi ressemble cette nouvelle liste Archipel citoyen Toulouse ensemble ?
Le 15 mars, au soir d’un premier tour marqué par une faible participation (36,66 % des inscrits à Toulouse), la liste menée par l’écologiste Antoine Maurice arrive en 2e position, avec 27,57 % des voix, devant celles de Nadia Pellefigue (18,53 %) et de Pierre Cohen (5,66 %). Le soir même, l’ancien maire socialiste se rallie sans difficulté à la liste Archipel citoyen (Société civile, EELV, LFI, Tin). Les négociations sont plus âpres avec la liste Une (PS/PCF/PRG/société civile). Après une première réunion le 15 mars au soir, les discussions s’arrêtent pendant plus de deux mois du . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois