Surpopulation carcérale : retour à l’anormal en Occitanie

Alors qu’une baisse inédite du nombre de détenus en France a été enregistrée après le premier confinement, les statistiques que la direction de l’administration pénitentiaire vient de publier montrent un retour à des taux d’occupation élevés, plaçant la région Occitanie en tête de la surpopulation carcérale, pour la seconde année consécutive.

prison ok NOIR
Pour la seconde année consécutive, la région Occitanie est en tête de la surpopulation carcérale. / Illustration de Jean-Paul Van Der Elst.

Depuis la découverte de plusieurs cas de contamination au covid le 8 octobre parmi les détenus et le personnel, le centre pénitentiaire de Seysses vit au rythme des opérations de dépistages massifs. La gestion des incarcérations lors du premier confinement avait permis une réduction significative des effectifs de la principale maison d’arrêt d’Occitanie. Mais la deuxième vague du coronavirus vient à nouveau poser avec acuité la question de la surpopulation carcérale. La propagation de la maladie à l’intérieur des murs d’un établissement, occupé au 29 octobre dernier par 978 détenus pour 644 places, constitue un casse-tête pour l’administration pénitentiaire.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par No guest author exists with the given ID (91831).