Dès la fin du premier confinement et de la trêve hivernale, prolongée cette année jusqu'au 10 juillet en raison de l'épidémie de Covid-19, les procédures d'expulsions de squats se sont multipliées à Toulouse. Une dizaine de femmes, d’hommes et d’enfants rue Roquelaine, plusieurs dizaines au squat Cazeneuve aux Minimes, ou encore 85 autres à l’ancien Ehpad de Blagnac ont été évacués ces derniers mois. Après la fermeture du squat de l'avenue de Muret suite à l’incendie de février dernier, les autorités ont confirmé leur inflexibilité en la matière.

L'entrée en vigueur du reconfinement n'offre pas de répit aux occupants de squats.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois