La mairie de Toulouse revoit le taux d’encadrement scolaire à la baisse

Jusqu'alors bonne élève en France, la ville de Toulouse a décidé de ramener la présence d'encadrants (Atsem) en milieu scolaire et périscolaire dans la moyenne nationale. Une mesure d'économie qui fait craindre à certains encadrants et parents d’élèves une dégradation de la qualité d’accueil des enfants.

Parents d'élèves en colère
L'école Bonnefoy et les parents d'élèves se sont mobilisés début juillet contre les nouveaux taux d'encadrement prévus en 2022. / GD

À Toulouse, les derniers jours de classe ont été marqués par une brève mobilisation autour de la question de l’encadrement en milieu scolaire. Une vingtaine de parents d’élèves, d’agents spécialisés et d’animateurs s’est réunie dans un parc près de l’école Bonnefoy pour faire le point sur les évolutions prévues à la rentrée prochaine. Et pour cause ! A partir du début de l’année prochaine, les taux d’encadrement des élèves vont passer à un encadrant pour 14 enfants – au lieu de 10 – dans les écoles maternelles et à un encadrant pour 18 enfants – au lieu de 14 – dans les écoles élémentaires.

Jusqu’ici bonne élève, Toulouse va emboîter le pas de plusieurs grandes villes comme Paris, Marseille, Lyon, Nice, Strasbourg, Rennes ou encore Montpellier. « Progressivement, à partir de janvier 2022, nous allons calquer l’encadrement du périscolaire sur la réglementation nationale déjà appliquée par l’écrasante majorité des grandes villes françaises, toutes tendances politiques confondues », confirme Marion Lalane de Laubadère, l’adjointe en charge de la petite enfance à Toulouse.

L’élue explique ce choix par « un contexte financier de plus en plus contraint », rappelant « la baisse des dotations de l’État depuis 2014 », « la contractualisation des dépenses de fonctionnement voulue par l’État (…) imposant des objectifs de compression de nos dépenses de fonctionnement » et « les conséquences financières de la crise sanitaire, économique et sociale estimées à ce jour à 221 millions …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Guilhem Dorandeu