«La gauche a réussi à reconquérir la Haute-Garonne !» Dimanche 19 juin, dans la soirée, malgré l'annonce de sa propre défaite dans la 3e circonscription, Agathe Roby (Nupes-LFI) avait le sourire face à des militants plutôt euphoriques. Et pour cause, après la quasi-disparition d'un PS oblitéré par la vague macroniste en 2017 (un seul député y avait survécu, Joël Aviragnet), la Haute-Garonne se réveille, ce lundi 20 juin, avec six députés de gauche sur dix circonscriptions.

Si la victoire est indéniable, le « Grand chelem » rêvé par la coalition de gauche n'est pas plus atteint localement que nationalement. Prises dans leur ensemble, les voix des candidats Nupes ont convaincu 240 500 électeurs en Haute-Garonne, soit 53,9 % des votes exprimés. Même en retirant les 24 191 voix de Joël Aviragnet (investi par la Nupes, désinvesti, réinvesti, et finalement considéré comme divers gauche par la préfecture), le score de la coalition de gauche dépasse nettement celui de la majorité présidentielle (189 559 voix, 42,5 % des exprimés). Mais cette dernière peut néanmoins souffler, car 214 voix la séparent d'une déroute plus sévère. Dans la 6e, Monique Iborra (Ensemble-LREM) devance son adversaire . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Armelle Parion  et  Gael Cérez
Armelle Parion collabore avec Mediacités Toulouse depuis octobre 2018, enthousiaste d’avoir trouvé un média qui fait la part belle aux enquêtes. Correspondante pendant neuf ans pour le Parisien-Aujourd’hui en France, elle a aussi travaillé pour la radio (Radio France, Radio Solidaire) ainsi que des supports économiques (Touléco) et culturels (Lettre du spectacle).