Que cela soit au CHU de Nantes, Lille, Lyon ou Toulouse : vous avez au moins trois chances sur quatre pour que le docteur qui vous examine entretienne des liens d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. C’est ce que révèlent les données inédites extraites du site transparence.sante.gouv.fr par le magazine Alternatives économiques. Depuis 2014, les laboratoires doivent mentionner sur ce site les « avantages », c’est-à-dire les « cadeaux » - comme le matériel, les repas, le financement des transports, hébergements et inscriptions à des colloques - offerts aux professionnels de santé, ainsi que les « conventions » et les contrats - recherches, rédaction d’articles scientifiques, formation - passés avec eux.
 

Liens d'intérêts des médecins d'hôpitaux
Infogram
 

Le CHU d’Amiens et celui d’Angers comptent parmi les plus concernés par cette proximité entre médecins et industrie pharmaceutique : plus de huit sur dix sont en contact avec les laboratoires ! Les hôpitaux de Nantes (77,68%), Montpellier . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 75% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.