La loi interdisant le cumul des fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur, votée en 2014, va entrer en vigueur en juillet. A droite, Nicolas Sarkozy promettait de l'annuler : il a été éjecté de la course à la présidentielle. Le candidat des Républicains, François Fillon, assure qu'il ne touchera pas à cette loi malgré les pressions de son propre camp. A gauche, plusieurs voix s'élèvent pour aller encore plus loin. Dès septembre 2016, alors qu’il n’avait pas encore renoncé à se représenter, François Hollande proposait de réduire « le cumul des mandats dans le temps » afin que la « démocratie soit renouvelée ». L'idée a fait son chemin parmi les candidats à l'élection présidentielle. Emmanuel Macron y est favorable tout comme Benoît Hamon, ce dernier précisant qu'il souhaite limiter le cumul à trois mandats identiques consécutifs.

L'idée est aussi défendue par de nombreuses associations ou think tank. Le collectif lillois reGénération, qui entend réformer les pratiques politiques, l'a placé en tête de ses dix priorités : « un seul mandat en même temps et pas plus de deux mandats successifs dans le temps ». La tribune de Vincent Behague, membre fondateur de reGénération, est à lire dans le forum de Mediacités.

Il n'en fallait pas plus pour que Mediacités décide de dresser un état des lieux du cumul dans le temps parmi les élus du département. Pour concocter ce classement, nous avons sélectionné 40 grands élus du Nord : les députés et sénateurs, les présidents du conseil départemental et de la Métropole européenne de Lille, et les maires des villes de plus de 30 000 habitants. Toutes les années de mandats de député, sénateur, député européen, maire ou conseiller municipal, communautaire, départemental et régional ont été comptabilisées. A l'inverse, les maroquins ministériels sont exclus des décomptes car ils sont considérés comme des fonctions et non comme des mandats.

53 années par élu et plus de 10 mandats en moyenne 

cumul7

Le résultat de notre enquête brosse le sinistre portrait d'une classe politique âgée et qui peine à se renouveler. Nos 40 grands élus ont cumulé ensemble 2 120 années de mandat ! Soit, en moyenne, 53 années par élu et plus de 10 mandats. Le recordman s’appelle Jacques Legendre. L'élu Les Républicains, sénateur depuis 1992 et ancien maire de Cambrai (1977-1992), a réussi l'exploit de cumuler plus de 20 mandats au cours de sa carrière et de dépasser les 100 années cumulées. Le portrait des cinq plus grands cumulards du Nord est à lire ici.

Le faible renouvellement de la classe politique et le cumul des mandats dans le temps ne sont pas l'apanage d'un seul parti politique. Notre « top 10 » regroupe trois élus Républicains (Jacques Legendre, Marc-Philippe Daubresse, Thierry Lazaro), un divers droite (Jean-Pierre Decool), trois socialistes (Michel Delebarre, Yves Durand, Christian Bataille), un élu divers gauche (Gérard Caudron) et deux communistes (Alain Bocquet, Jean-Jacques Candelier). Le « top 20 » ne comporte que des hommes.

Les nouvelles générations prennent le même chemin

On pourrait arguer qu'un rajeunissement se dessine enfin avec les prochaines échéances électorales : certains dinosaures de la politique locale, comme Michel Delebarre, René Vandierendonck, Francis Vercamer ou François-Xavier Villain, s'approchent doucement de la fin de leur carrière parlementaire, parfois malgré eux. Mais ce serait oublier que les nouvelles générations prennent le même chemin. Ainsi de Gérald Darmanin. À 34 ans, le secrétaire général adjoint des Républicains, qui cumule la mairie de Tourcoing et les vice-présidences de la Métropole européenne de Lille et du conseil régional, a déjà 23 années de mandats au compteur !

Empêcher l'accaparement du pouvoir et la constitution de baronnies, éviter les risques de clientélisme ou de conflits d’intérêts... Les avantages de la limitation du cumul des mandats dans le temps sont nombreux. Dans un contexte de défiance généralisée à l'égard des élites françaises, elle apparaît comme un enjeu démocratique majeur des prochaines années.

Le classement complet

 

La masse des informations récoltées et la difficulté d’obtenir les confirmations auprès de certains élus peu conciliants ont pu conduire à quelques oublis. Si vous en repérez, n'hésitez pas à nous les signaler à l'adresse contact@mediacites.fr. Nous les intégrerons au plus vite.

  • Mise à jour du 8 mars 2017 à 12h: François-Xavier Villain a effectué bien plus d'années de mandat que les 63 que nous lui attribuons dans la première version de notre classement. Député depuis 2002, conseiller municipal de 1977 à 1992 puis maire de Cambrai, conseiller général de 1982 à 2002 et enfin conseiller communautaire pendant 24 ans: nous arrivons désormais à 97 années de mandat... Ce qui le fait remonter au classement de la 15e à la 3e place! Cambrai est décidément le royaume des cumulards: le numéro 1 de notre classement, Jacques Legendre, était lui aussi le premier magistrat de la commune, de 1977 à 1992, avant de céder sa place à François-Xavier Villain.