Conseil régional : l’enquête qui fait mal

Absence de cap, dialogue social inexistant, souffrance au travail… Le syndicat SUD Solidaires dresse un diagnostic sévère de la situation interne à la collectivité dans une étude que Mediacités dévoile. L’ancien ministre du Travail Xavier Bertrand va devoir retrousser ses manches.

Bertrand_Region
Xavier Bertrand, le président Les Républicains de la région, lors de la séance d’installation du conseil. Crédit: Andia

« Je suis très, très mal, j'ai le sentiment d'être loin, d'être exclu, je dois m'adapter à des méthodes de travail qui ne m'ont pas fait avancer, au contraire ; j'ai l'impression qu'on régresse. » Cette parole d'un agent du conseil régional des Hauts-de-France - et bien d'autres au goût amer - ont été compilées par la section syndicale SUD-Solidaires de la collectivité, dans un rapport dont Mediacités vous révèle la teneur en avant-première.

Ce document, intitulé «Malaise à tous les étages», a été remis au président Xavier Bertrand le 13 avril dernier. SUD-Solidaires y dresse un portrait sévère de l'institution, un peu plus d'un an après l'acte de fusion de la Picardie et du Nord-Pas de Calais : « La machine politique n'a pas fixé de cap, ce qui génère un fonctionnement des services dénué de sens. La machine hiérarchique est censée piloter une réorganisation au pas de charge mais le dialogue social est inexistant. La qualité du service public se détériore et les agents souffrent dans leur coin. »
L'impression d'être « des boys », « des pions »

Les témoignages reproduits sont forts. « Le flou, le flou, le flou » nimbe la marche de l'institution. « On ne sait rien, on ne sait pas où on va, ni comment on va y  », résume un salarié. Les changements annoncés sont très lents à venir. Les répondants à l'enquête ressentent aussi du mépris - l'impression d'être juste « des boys », « des pions » - venant tantôt des élus, tantôt des responsables de services. « On n'est plus une personne avec un . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Bertrand Verfaillie