A Transpole, une entente CGT-direction à « bons » comptes

La justice enquête sur de graves irrégularités constatées au sein du comité d’entreprise de l'opérateur de transports publics lillois et sur une éventuelle discrimination syndicale au profit de la CGT. Les investigations portent également sur le financement d’un voyage d’agrément du patron du syndicat majoritaire.

Transpole
Le tram Lille-Roubaix exploité par Transpole. Photo d’illustration : Creative Commons / AlfvanBeem

Selon nos informations, une enquête préliminaire a été ouverte ces dernières semaines par le parquet de Lille, à la suite de plaintes déposées en 2016 par plusieurs représentants syndicaux. En cause, notamment, des irrégularités et défauts de justificatifs révélés par un audit sur les comptes 2014 du Comité d’entreprise (CE), portant sur plusieurs dizaines de milliers d’euros. L’enquête a été confiée à la brigade financière du SRPJ de Lille. Les policiers ont déjà mené de nombreuses auditions de salariés, dont celle —qui n’est pas passée inaperçue en interne— du directeur des ressources humaines, Jérôme Gosselin. Car au delà des irrégularités comptables, la justice s’intéresse à l’existence éventuelle de liens privilégiés entre la direction et le syndicat majoritaire, la CGT.
DES DECENNIES DE GESTION PAR LA CGT
Déjà handicapée par un déficit d’exploitation chronique, la société de transports en commun de l’agglomération lilloise voit donc la justice se pencher sur les bilans de son CE à qui elle verse plus de 2 millions d’euros chaque année (2,28 millions en 2015). « Jusqu’en 2015, le CE de Transpole avait toujours été dirigé par la CGT, rapporte Julien Mathis, secrétaire du CE de 2015 à 2017, sous l’étiquette FO. Ils avaient pris leurs habitudes, sans se poser trop de questions sur la légalité de certaines pratiques ». « On fonctionnait en confiance, d’autant que les salariés ne se sont jamais plaints, parce qu’on assurait un bon niveau de prestations », assume Mohamed Farhi, secrétaire (c’est . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Olivier Aballain