Il faut toujours lire les petites lignes. Tout au bas d’un communiqué au titre anodin « Lille Métropole, terre de design et d’opportunités immobilières », daté du 13 mars, la MEL lâche une information d’importance : « La cession du Metropolitan Square, site historique de la Métropole Européenne de Lille, a été menée avec succès, avec l’attribution au groupement BNP Paribas Real Estate et Vinci Immobilier ». Une formulation compliquée mais limpide dans l’intention : Damien Castelain, président de la structure intercommunale, impose son choix à Martine Aubry quant au devenir de ce terrain d’exception, situé en quasi‐totalité sur le territoire de Lille.
L’argent comme seul critère de choix ?
Lors du dernier conseil de la MEL en décembre, la maire de Lille avait lancé un avertissement : le projet urbain de Vinci, qu’elle avait découvert le 30 novembre au cours d’un jury, était trop dense et ne correspondait pas à sa vision de la ville durable. Dans une motion, le groupe socialiste de l’assemblée demandait donc à la Métropole de surseoir à la décision, le temps que les groupements en lice (où l’on trouve les sociétés Icade, Altarea et Vilogia) livrent de nouvelles propositions, « plus abouties en termes d’urbanisme et d’organisation des espaces ». Avec cette phrase particulièrement sévère : « Il apparaît que le seul critère de rentabilité préside au choix du cessionnaire ».

Dans le viseur : les 95 millions d’euros que Vinci Immobilier et ses associés sont prêts à payer pour disposer du « Metropolitan square » et y réaliser un programme de …

Il vous reste 61% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !